nl fr

concernant le delphinarium

 

Le delphinarium de Boudewijn Seapark : bien plus qu’un simple spectacle ….
Notre message est “Rencontrez, Chérissez et Protégez”.
 

Les principales priorités du delphinarium, tant pour l’organisation que pour le personnel, sont le bien-être, le respect et l’amour de nos animaux. C’est pourquoi nous condamnons le massacre de dauphins à Taiji ou le mauvais traitement infligé à n’importe quel animal. Nous respectons le fait que certaines cultures chassent les animaux pour se nourrir. Il est toutefois inacceptable de tuer des animaux d’une manière cruelle ou inutilement brutale, et ce sans tenir compte des effets de ces massacres sur la survie de l’espèce animale.
Boudewijn Seapark soutient uniquement des jardins zoologiques qui mettent le bien-être des animaux au centre de leurs préoccupations. Les zoos modernes doivent être un exemple et montrer comment nous devons traiter les animaux et comment nous pouvons contribuer à la préservation des espèces. C’est pourquoi nous vous expliquons volontiers le fonctionnement de notre delphinarium, ainsi que la vérité qui se cache derrière certains mythes.
 

Environnement de vie

 

Le delphinarium de Boudewijn Seapark dispose d’un agrément en tant que jardin zoologique. Cela signifie que le parc répond à toutes les exigences stipulées dans la législation belge relative aux jardins zoologiques :
Nous respectons les prescriptions légales relatives à l’hébergement et aux soins de nos animaux, l’hygiène et l’accompagnement de vétérinaires. Nous informons également les visiteurs au sujet des espèces qui vivent dans le parc et proposons des programmes éducatifs aux écoles, adaptés aux différentes catégories d’âges des enfants. En outre, nous avons prévu un programme éducatif pour nos participants aux différentes activités proposées avec nos animaux. Nous collaborons aussi activement à des programmes d’échanges et d’élevage internationaux coordonnés pour toutes les espèces animales.
Par ailleurs, le parc satisfait à toutes les exigences européennes qui sont décrites dans la Directive européenne 1999/22/CE relative à la détention d’animaux sauvages dans un environnement zoologique.
Le delphinarium est membre de l’EAAM (European Association of Aquatic Mammals; www.eaam.org). Il s’agit d’une organisation qui partage ses connaissances avec les delphinariums, les entraîneurs, les vétérinaires, les chercheurs et les étudiants. Elle impose des directives très strictes à ses membres dans le cadre de l’élevage de mammifères marins. Les membres doivent répondre à ces conditions et font l’objet de contrôles réguliers. L’EAAM est la seule organisation européenne qui défend les intérêts des mammifères marins, et elle est même plus sévère sur certains points que la législation belge. En 2016, le delphinarium a été soumis à une telle inspection et la conclusion était que nous répondons à toutes les directives de l’EAAM.

Le delphinarium du Boudewijn Seapark compte près de 3 millions de litres d’eau salée. Le bassin avant fait environ 37 mètres de long, 13 mètres de large et presque 6 mètres de profondeur. Un bassin arrière est également prévu. Il est relié au bassin principal au moyen d’un canal. Ce bassin peut être utilisé comme bassin de quarantaine pour accueillir les dauphins malades ou comme bassin d’accouchement pour les femelles en gestation.
Nos otaries de Californie vivent dans leur propre habitat en dehors du delphinarium, dans le théâtre des otaries. Elles disposent au total de 410 milles litres d’eau salée, répartis entre un bassin intérieur et un bassin extérieur. Autour des bassins, une partie de terre ferme est à la disposition des otaries qui peuvent s’y reposer ou mettre leurs petits au monde. Ici aussi, un bassin de quarantaine ou un bassin d’accouchement est prévu.
Les phoques communs vivent toute l’année à l’extérieur dans leur lagune de 300 milles litres d’eau salée. Cette espèce vit aussi au large de la côte belge en hiver et peut se protéger du froid pendant les hivers rigoureux grâce à une épaisse couche de graisse. Plusieurs petites plages naturelles faites de sable et d’herbe ont été aménagées autour des bassins. Les phoques peuvent venir s’y reposer ou mettre leurs petits au monde.
L’eau est filtrée et contrôlée en continu 24h/24, et ce 7 jours sur 7. Les soigneurs vérifient l’eau plusieurs fois par jour selon toute une série de paramètres importants. L’eau est en effet le principal élément de l’environnement de nos animaux.

Selon la législation belge, le delphinarium dispose de l’espace suffisant pour héberger 7 dauphins adultes. Actuellement, 6 dauphins adultes et 2 bébés y séjournent.

 

Le bien-être des animaux

 

Pour répondre à cette répondre, il est important d’examiner la situation du point de vue de l’animal. Chez les animaux, le bonheur est notamment défini par la présence de nourriture en suffisance et l’absence de menaces. En outre, nos mammifères marins vivent en groupe, ce qui crée aussi entre eux des relations sociales. Nous pouvons dès lors supposer que les animaux sont heureux. Nous sommes en effet spécialisés depuis très longtemps dans les soins à nos animaux marins. Ils affichent chez nous de nombreux comportements comme ils le feraient dans la nature (sorte de comportement propre). Notre équipe professionnelle de soigneurs et de vétérinaires détecte également rapidement des comportements étranges que pourraient parfois présenter les animaux.

Non, c’est un mythe. Les dernières études scientifiques* démontrent que les dauphins vivent en moyenne jusqu’à 35 ans dans les jardins zoologiques et 17 ans en liberté. Ils peuvent même vivre plus vieux aussi bien en liberté que chez nous ; ainsi Puck est actuellement notre dauphin le plus âgé avec ses 51 ans.
 

* Venn-Watson, S. K., Jensen, E. D., & Ridgway, S. H. (2011). Evaluation of population health among bottlenose dolphins (Tursiops truncatus) at the United States Navy Marine Mammal Program. Journal of the American Veterinary Medical Association, 238(3), 356-360.
 



Bien que notre bassin ne pourra jamais égaler l’habitat naturel, il est faux de prétendre que les dauphins doivent pouvoir nager de longues distances et plonger profondément pour survivre. Dans la nature, vivent entre autres des dauphins résidents et des dauphins côtiers. Ils vivent dans la zone peu profonde au large de la côte, souvent dans des eaux d’une profondeur maximale allant de 3 à 5 mètres. Dans la nature, le besoin de nager est surtout lié à la recherche de nourriture, à la socialisation, à la fuite devant les prédateurs naturels ou des menaces causées par l’homme. Un grand groupe de dauphins côtiers vivent par exemple dans la Sarasota Bay, une baie naturelle au large de la côte de Floride en Amérique. Les dauphins y séjournent en eau peu profonde et ne quittent jamais cet endroit. C’est parce que cette baie est très riche en poissons. Les dauphins n’ont donc pas besoin de nager des kilomètres pour trouver à manger. On trouve d’autres groupes de dauphins côtiers dans l’estuaire de Sado, au Portugal et dans le Moray Firth, en Ecosse. La santé des dauphins n’a donc aucun rapport avec le nombre de kilomètres qu’ils nagent chaque jour. La santé et la sécurité sont surtout liées à la disponibilité de nourriture et à l’absence de prédateurs ou de menaces. Les dauphins souffleurs sont une espèce très flexible, capables de s’adapter facilement à leur environnement de vie.

Les dauphins émettent des ultrasons (sonar). Lorsque ces sons se heurtent à un obstacle, ils sont renvoyés comme un écho et les dauphins les captent à l’aide de leur mâchoire inférieure. Ils utilisent leur sonar pour chercher de la nourriture, échapper à des prédateurs naturels, naviguer, rester auprès du groupe et comme moyen de communication entre eux.
Des études menées sur l’utilisation du sonar chez les dauphins, tant à l’état sauvage que dans les jardins zoologiques, ont démontré que les animaux peuvent contrôler la puissance de leur sonar et même l’activer et le désactiver. En 2017, Boudewijn Seapark a participé à une étude scientifique menée par l’Université de Paris ; ils ont enregistré le sonar* pour en savoir plus sur la communication entre nos dauphins.
 

* Lopez-Marulanda, J., Adam, O., Blanchard, T., Vallée, M., Cazau, D., Delfour, F. (2017). First results of an underwater 360° HD audio-video device for etho-acoustical studies on bottlenose dolphins (Tursiops truncatus)
Les dauphins ont une toute autre sensibilité auditive que les humains. Nous entendons par exemple bien les basses fréquences, tandis que les dauphins entendent mieux les hautes fréquences.


Les dauphins ne sont pas du tout gênés par ces bruits. En tant qu’êtres humains nous pouvons entendre des sons situés dans la gamme de fréquences de 15 Hz à 20.000 Hz. Chez les dauphins, c’est tout à fait différent. L’ouïe des dauphins fonctionne surtout bien sous l’eau. Ils produisent des sons à haute fréquence pour leur sonar. C’est pourquoi les dauphins peuvent entendre des sons situés entre 75.000 Hz et 150.000 Hz, inaudibles pour l’homme. La sensibilité auditive des dauphins est donc bien
au-dessus des sons que nous les hommes produisons pendant le spectacle de dauphins par exemple. D’un point de vue physique, l’intensité sonore diminue lors du passage de l’air à l’eau. Les dauphins ne sont pas du tout incommodés par ces bruits.

70% pour cent de la population européenne de dauphins présente dans les différents jardins zoologiques sont nés en captivité. Ce chiffre ne fera qu’augmenter dans les années à venir en raison de la reproduction réussie dans les zoos européens. Aucun dauphin sauvage provenant des chasses en
battue au Japon n’a jamais été importé en Europe. Boudewijn Seapark condamne vivement ces chasses et a pris ses distances. C’est pour cette raison que nous participons activement au programme international d’élevage de l’EEP (Endangered species Program).

Saviez-vous qu’1 dauphin nouveau-né sur 2 ne survit pas à sa première année de vie ? Tout comme d’autres jeunes animaux qui vivent dans la nature, beaucoup de jeunes dauphins sauvages meurent durant les 2 premières années de leur vie. Pendant cette période, ils sont très sensibles aux maladies, sont des proies faciles pour les prédateurs naturels et les catastrophes naturelles. Des études menées sur des dauphins morts rejetés sur le rivage dans l’Indian river en Amérique démontrent que 38% d’entre eux meurent avant l’âge de 2 ans et 64% avant d’atteindre l’âge de 10 ans.
Les dernières naissances remontent à 2015, où 2 bébés dauphins sont venus au monde sans problèmes au delphinarium, à savoir Moana et Ori.

 

Travail avec les dauphins

 

Nous entraînons les animaux pour quatre grandes raisons :
1. Stimulant physique et mental (enrichissement)
2. Meilleurs soins donnés aux animaux (entraînement médical)
3. Education de notre public
4. Etude
Chez nous, les animaux ne doivent pas chasser pour trouver leur nourriture. Tout ce temps qu’ils ne passent pas dans la nature, nous devons donc le remplir d’une autre manière. Il est donc essentiel de stimuler les animaux sur le plan physique et mental. Tous les jours, nous établissons un programme très varié, où toutes sortes d’entraînements sont abordés ; un entraînement santé, un entraînement dans l’eau, un entraînement physique comme des sauts, des recherches, etc. Nous analysons les comportements que les dauphins adoptent en liberté et nous essayons de les apprendre à nos animaux.
Pour leur enseigner de nouveaux comportements, nous travaillons avec la méthode de formation qui porte le nom de “Renforcement positif”. Lorsque les animaux reproduisent correctement un comportement, nous introduisons quelque chose de positif dans leur environnement. Cela peut être une récompense primaire, comme du poisson, ou une récompense secondaire comme de l’attention de la part des soigneurs sous la forme de caresses, d’applaudissements, de cris de joie, ou de petits jeux que les animaux aiment bien, ou encore de morceaux de glace, etc.
Nous apprenons aussi aux animaux des exercices qui aident à mieux prendre soin d’eux. C’est ce que l’on appelle l’entraînement médical ou encore ‘Husbandry’ en anglais. Un exemple d’entraînement médical est la position à prendre pour le pesage. Les animaux apprennent à aller se coucher sur une grande balance. Nous pouvons aussi leur apprendre à adopter volontairement la position nécessaire pour faire une prise de sang afin de vérifier s’ils sont en bonne santé. Les entraînements médicaux ont surtout pour objectif de pouvoir suivre correctement leur état de santé sans devoir les attraper d’une manière très stressante pour eux.
Les soigneurs ont ici un seul objectif à l’esprit ; enrichir la journée de nos animaux de la manière la plus variée possible. Aucune journée ne doit être la même pour nos animaux.
 



Les animaux reçoivent toujours à manger. Le régime alimentaire de nos animaux ne dépend pas de leur enthousiasme pendant les entraînements ou les spectacles, mais bien de leur poids. Tous les animaux sont dès lors pesés volontairement deux fois par mois, afin de pouvoir définir avec exactitude leur régime alimentaire.
De plus, la récompense ne se compose pas uniquement de nourriture, mais peut aussi se traduire par de l’attention de la part du soigneur, un contact avec le soigneur, et peut par exemple prendre la forme de petits jeux qu’apprécient particulièrement les animaux. Ils reçoivent ces différentes sortes de récompenses quand ils ont fait quelque chose de bien. Nous renforçons seulement les éléments bons et positifs pendant un entraînement et nous faisons abstraction de tout le reste que nous essayons alors de transformer en quelque chose de positif. Lorsqu’un animal ne veut pas travailler à quelque chose, nous essayons quelque chose d’autre. De cette manière, nous parvenons toujours à rendre les animaux enthousiastes et à les encourager à travailler avec nous.

Le delphinarium a pour objectif de faire découvrir à ses visiteurs nos mammifères marins si particuliers. En permettant aux visiteurs d’entrer en contact direct avec nos animaux lors de spectacles et différents programmes, nous espérons qu’ils seront touchés émotionnellement par eux. Les visiteurs apprennent énormément de choses sur la vie de nos mammifères marins dans le parc, mais aussi sur la vie et le mode de vie de leurs congénères en liberté. Nous avons ainsi l’espoir qu’après leur visite à Boudewijn Seapark nos visiteurs joueront un rôle actif pour la préservation des différentes espèces dans la nature.
Les visiteurs apprennent davantage de choses lors de nos différents spectacles avec nos animaux. Plusieurs panneaux éducatifs sont également prévus. Ils contiennent des informations sur la biologie et l’écologie des différentes espèces de mammifères marins à l’état sauvage. En 2017, une nouvelle exposition ayant pour thème ‘Buik vol afval’ (un estomac rempli de déchets) est organisée. A cette occasion, les visiteurs en apprennent plus sur les déchets en plastique dans la mer, qui constituent une grande menace pour les animaux en liberté.
Pendant nos programmes avec les animaux, notre équipe professionnelle de soigneurs donnent aux participants un grand nombre d’informations sur l’espèce et leur environnement de vie dans la nature.
Pour les écoliers, nous avons prévu un programme éducatif spécial où nous faisons découvrir aux enfants le monde des mammifères marins ; l’enseignant reçoit au préalable des fiches pédagogiques afin de préparer les élèves à leur visite du parc. Pendant la visite, ils assisteront à une présentation éducative exclusive avec nos otaries et nos dauphins, adaptée au niveau des élèves.

Oui, le delphinarium collabore régulièrement à des projets de recherche nationaux et internationaux. En 2006, Boudewijn Seapark a participé à un grand projet européen destiné à développer une méthode afin de réduire la prise accessoire de dauphins dans la pêche au chalut.
En 2005 et 2006, l’Université d’Utrecht a mené une étude comportementale avec nos dauphins souffleurs.
En 2008, le département de médecine vétérinaire de l’Université d’Utrecht a mis au point une méthode afin de faire un meilleur suivi des yeux des otaries sur le plan médical. Une méthode de traitement a été établie pour les problèmes oculaires.
Une étude de plusieurs années a permis de développer au delphinarium une méthode pour mesurer les bébés dauphins alors qu’ils se trouvent encore dans le ventre de leur mère. Il est dès lors possible de voir pendant la gestation avec précision la taille qu’a déjà le bébé dauphin à naître, et si tout se déroule comme prévu. Cette méthode de mesure est entretemps devenue une échelle de mesure internationale auprès d’autres delphinariums.
Une étude sur l’utilisation du sonar comme moyen de communication chez les dauphins a été lancée en 2017. Les dauphins ont-ils un ‘langage’ spécifique pour communiquer entre eux ? Dans ce cadre, le sonar de dauphins est enregistré à différents moments de la journée au moyen d’hydrophones. Pendant cette étude, l’Université de Paris, département des neurosciences, et l’Université de Gand, département de médecine vétérinaire, collaborent pour collecter et traiter les données.
 


Boudewijn Seapark participe de plusieurs manières à la préservation de l’espèce dans la nature :
1. Education des visiteurs ; sensibiliser les visiteurs à la vulnérabilité de la nature et au rôle actif qu’ils peuvent eux-mêmes jouer pour protéger l’espèce en liberté
2. Etudes ; élargir les connaissances à propos de l’espèce, afin de pouvoir la protéger de façon ciblée dans la nature
3. Collaboration avec l’EAAM ; projet de conservation visant à protéger le phoque moine de Méditerranée.

Le delphinarium sert également de centre de formation. Chaque année, le personnel compétent forme plusieurs étudiants. Des étudiants issus de la filière soins pour animaux, ainsi que des étudiants en médecine vétérinaire et en biologie en provenance de Belgique et des Pays-Bas, suivent un stage de quelques mois au delphinarium. Ils accompagnent les soigneurs dans les soins quotidiens qu’ils apportent aux mammifères marins.

Le delphinarium collabore avec le centre de revalidation pour enfants de l’UZ Gent. Les enfants poursuivent leur thérapie dans le delphinarium accompagnés de thérapeutes.
Le delphinarium collabore aussi depuis des années avec la fondation Make-A-Wish®, Dreams4Kids, KinderDroomwens, LigueBraille,… afin de réaliser le rêve d’enfants malades ou moins valides. Récemment, nous travaillons aussi en partenariat avec une école locale spécialisée pour les élèves autistes.

Boudewijn Seapark gebruikt cookies om het gebruik van de website te analyseren en het gebruiksgemak te verbeteren. | OK Lees hier meer over het gebruik van cookies.